Urbi et orbi :

le résumé détaillé

 

Distribution : de 2H/1F à 9H/6F

Durée de représentation (approximative) : 1h15

Édition disponible :  Texte disponible en téléchargement gratuit ici et sur les sites La théâtrothèque et Le proscenium.

 

Urbi et orbi est composé de trois pièces pouvant être jouées séparément.

 

De profundis clamavi

Deux personnages, l'homme et le docteur, dialoguent. Le premier vient consulter le second, qui est rattaché à son entreprise, pour des crises d'angoisse. Le médecin lui prescrit quelques essences de plantes avant de lui vanter le souci de bien-être qui guide l'entrepise dans laquelle tous les deux travaillent. Celle-ci est vouée à un avenir radieux  : le broyeur Vortex redeviendra le produit-phare qu'il a toujours été. Pourtant l'homme fait part au scientifique d'un phénomène étrange : ses collègues semblent disparaître les uns après les autres. D'ailleurs le matin même, l'homme n'a pas trouvé son bureau et n'a pas été reconnu par son chef de service. Le médecin consulte la liste des employés mais n'y voit pas l'homme. Ce dernier appelle une collègue puis sa femme : personne ne semble le connaître. Il va s'enfermer dans la salle d'eau, entièrement close. Le docteur rouvre la porte : plus personne, la salle est vide.

 

Facsimile

Franck est accueilli dans la clinique où il va travailler en tant qu'anesthésiste. Tout le monde, dans cette clinique, a un air de famille. Et tout le monde lui parle de Zambô, le patron. Un homme fascinant, paraît-il. Le journal traîne : à deux pas de la clinique, dans la Seine, on vient de retrouver une sorte de monstre marin informe. Quant à Franck, tous ses nouveaux collègues le lui disent : pourquoi ne pas profiter de la clinique pour une petite remise en forme juste avant son entretien avec Zambô ? Franck accepte. On lui bande le visage intégralement et on l'emmène au bloc. Une pétition circule pour Zambô : la clinique rejette ses déchets et des produits non déclarés. La situation devient préoccupante. Franck revient du bloc, toujours le visage bandé. Entre Zambino, le fils adoptif de Zambo : il porte un mot à Franck. Zambo ne pourra pas l'accueillir comme convenu. On enlève à Franck ses bandelettes : son visage est maintenant celui de Rudolph, Goldmann et tous ceux qu'il a croisés depuis le début. 

 

Urbi et orbi

Un homme et une femme sont devant une porte. Ils cherchent à l'ouvrir mais n'y arrivent pas. Elle lui ordonne de forcer la porte. Il hésite, elle le jette dessus. Puis, ils s'aperçoivent qu'il faut une carte pour la débloquer. Elle fouille dans son sac et en trouve une. Elle essaie et réussit. Mais soudain, elle ne veut plus le laisser entrer : si elle dispose de la carte, c'est qu'on lui a alloué le droit d'entrer. Mais lui ? En a-t-il le droit ? N'est-il pas un voyou essayant de forcer le passage ? Armée d'une bombe lacrymogène, elle le pousse à se déshabiller. Mais soudain, une question de topographie les oppose : cette porte sert-elle à entrer ou à sortir ? Ils n'arrivent pas à se mettre d'accord. Peu à peu, des bruits d'animaux sauvages se font entendre, des billets ensanglantés tombent du ciel et des danseurs apparaissent, exécutant une chorégraphie étrange.