Ginette présidente :

le résumé détaillé

 

Distribution : 6F/5H.

Durée de représentation (approximative) : 2h15.

Édition disponible : éditions Art et Comédie, 118 p.

 

Acte I

 

L'action prend place dans le bureau de Marianeau, directeur de l'usine française d'Apfelstrudel, au petit matin. Sa secrétaire, Rosie, le réveille alors qu'il se trouve entièrement nu sous une couverture, sans souvenir de la veille, sauf d'avoir participé à la fête du nouveau prototype de l'usine. De la salle de bain attenante surgit Ginette, femme de ménage, qui affirme avoir passé la nuit avec Marianeau. Comme preuve, elle brandit un slip sur lequel est écrit "À ma Gigi d'amour."

 

Marianeau est inquiet, car à cette heure matinale il attend Le Chiffre, PDG d'Apfelstrudel, venu spécialement de Munich pour un important rendez-vous. Tandis que Ginette n'hésite pas à aller prendre un bain, Marianeau demande à Rosie d'aller lui chercher un costume de rechange. Or, Rosie ne parvient pas à trouver un deux-pièces donnant satisfaction à Marianeau. Pas de chance : Le Chiffre est annoncé par l'accueil. Acculé, Marianeau disparaît par la grille de la climatisation, avant que Le Chiffre ne fasse son entrée dans le bureau.

 

Entendant la douche par la porte de la salle de bain, il pense que Marianeau y est, et veut l'ouvrir malgré la résistance de Rosie. Heureusemenent, Marianeau réapparaît avec un nouveau costume sur le dos, boîtant. Il assure s'être blessé au karaté, ce qui ravit Le Chiffre, lui-même amateur. Ginette sortant de la douche et passant une avoinée à Le Chiffre pour sa tentative d'intrusion, ce dernier la prend pour la femme de Marianeau et se confond en excuses. Le Français n'ose rien dire, Apfelstrudel lançant une grande campagne publicitaire basée sur la fidélité de ses employés. Le Chiffre insiste d'ailleurs sur ce point, une société luttant contre les troubles de l'érection devant montrer au public une image positive pour l'unité de la famille. Cette préoccupation est d'autant plus importante qu'Apfelstrudel s'apprête à fusionner avec les laboratoires Montclair, spécialisés dans la prothèse mammaire. La PDG-fondatrice du laboratoire, Stéphane Montjoie de Saint-Clair, est d'ailleurs sur le point d'arriver. Le Chiffre en profite pour inviter celle qu'il croit être "Mme Marianeau" au cocktail célébrant la fusion, devant avoir lieu le jour-même, à midi, à l'Hôtel Continental. Ravie, Ginette accepte.

 

Se rongeant les sangs sur les conséquences de cette acceptation, Marianeau indique pourtant à Le Chiffre avoir quelque chose à lui présenter. Le Chiffre prend alors un dossier sur le bureau de Marianeau et lui demande s'il s'agit de cela. Marianeau répond par négative : ce dossier n'est rien d'autre que le rapport de Lambert, le comptable de l'usine, destiné à améliorer sa profitabilité. Alors que Marianeau décrit à Le Chiffre les principales mesures préconisées par Lambert, Le Chiffre se promet de ne pas appliquer ce brûlot ultra-libéral. 

 

En fait, Marianeau veut montrer à Le Chiffre le dernier prototype d'Apfelstrudel : le "get-up", un stimulant mammaire aux effets fulgurants. La démonstration sera faite par Christian, le frère de Marianeau, la demoiselle habituellement chargée de cet office étant absente. Christian en profite pour introduire Roche, l'assistante de Montjoie de Saint-Clair, venue en éclaireuse.

 

Christian avale un verre de "get-up", et aussitôt, ses seins arborent une forme très féminine. Immédiatement, il avale un autre verre contenant une substance verte, de "l'anti-tétonis", annihilant l'effet aphrodisiaque contagieux du "get-up". Christiant sort. Le Chiffre est conquis tandis que Roche ne dit mot. 

 

Montjoie de Saint-Clair arrive comme un général en terrain conquis. Hélas, Ginette, qui avait disparue le temps que Rosie lui trouve une tenue décente, réapparaît. Elle se trouve présentée à Montjoie comme la femme de Marianeau. Or Ginette profite de cet instant pour exprimer quelques revendications syndicales. Montjoie, intriguée par cette femme, demande discrètement à Roche de prendre des informations sur elle. C'est alors que Christian revient : il tombe en arrêt devant Ginette. Depuis la veille, il l'a perdue, et se demandait si ses sentiments avaient changé. Ginette lui fait comprendre que ce n'est pas le moment d'avoir une discussion tendre et part pour l'Hôtel Continental avec Le Chiffre. Mais Christian est déterminé à savoir pourquoi celle qu'il aime a tant changé. 

 

Soudain surgit Régine, la véritable femme de Marianeau, revenant d'un tournoi d'escrime. Son époux la congédie, arguant qu'il est très occupé. Mais Régine, seule, trouve le carton d'invitation pour la fusion se déroulant à l'Hôtel Continental. Elle décide d'y aller et de faire honneur à son mari. 

 

Acte II

 

L'action se déplace dans la chambre 748 de l'Hôtel Continental ainsi que dans le couloir, quelques heures plus tard. Alfred, garçon d'étage, vérifie qu’aucune des affaires de Fête Nationale ne manquent, tandis que cette dernière éponge ses yeux : chagrin d'amour. La cliente descend pendant qu'Alfred commence à charger les valises.

 

C'est alors qu'arrive Gontran, le directeur de l'Hôtel. Il est dans tous ses états parce que Le Chiffre lui a téléphoné en catastrophe pour avoir deux chambres mitoyennes. De plus, le système informatique de l’hôtel a sauté : les portes des chambres ne ferment plus. Gontran rappelle à Alfred l’importance de cette journée : la fusion d'Apfelstrudel et Montclair fait une bonne publicité à l'hôtel. Tout doit bien se passer. Mais Alfred ne peut plus supporter son métier.

 

Sur ces entrefaites, paraissent Marianeau, Ginette, Le Chiffre et Rosie. Le Chiffre va dans sa chambre, mitoyenne, pendant que Gontran sort chercher son livre d’or. Marianeau tente de faire comprendre à Ginette l’enjeu de la fusion et les risques que sa présence fait peser sur cette importante transaction. Elle doit jouer Mme Marianeau et ce soir, elle redeviendra Ginette. Rosie lui montre les tenues qu’elle lui a prévues. Marianeau, disparaît, happé par Le Chiffre pour un problème de Jacuzzi. 

 

Alfred revient chercher la dernière valise de Fête Nationale. Il est accueilli par Ginette qu'il prend pour Mme Marianeau. Il lui indique que son rêve est de travailler chez Apfelstrudel. Ginette lui conseille de passer la voir à l'usine d'ici quelques temps. En sortant, il embarque la valise de Rosie, identique à celle de Fête Nationale, qu'il laisse dans la chambre. 

 

Peu après, Christian surgit et demande des explications à Ginette : l'aime-t-elle toujours ? Cette dernière le rassure complètement, mais lui indique que ses copines du syndicat lui ont demandé de suivre de près la fusion. Pendant ce temps, dans le couloir, Montjoie et Roche arrivent. En réalité, c'est Roche qui a fait sauté de système informatique. Pendant que Montjoie va à la recherche de sa chambre, Roche, qui a repéré celle de Ginette, s'assure de sa présence avant de s'enfuir. Christian, de nouveau confiant, laisse tomber dans la chambre une boîte cartonnée avant de sortir, récupérée par Rosie.

 

À peine Christian est-il parti que Le Chiffre entre dans la 748 : il a demandé à Marianeau d'aller lui chercher une bière. Rosie récupère la boîte que Christian a laissée. Ginette en profite pour exposer à Le Chiffre différentes revendications syndicales, notamment à travers une chanson qui fait beaucoup d'effet sur l'Allemand : cette femme mérite une promotion.

 

Soudain, dans le couloir, alors que Marianeau revient avec la bière de Le Chiffre, il tombe sur sa femme Régine. Il tente de lui interdire l'entrée de la chambre, mais la réception lui a bien confirmé que la 748 était celle de Mme Marianeau. Elle est positivement ravie de passer un peu de temps avec son mari. Marianeau ronge son frein : il est au bord du précipice.

 

Pour clouer le bec à Régine, Ginette fait semblant de la connaître et la traite comme une bonne amie. Régine est perdue. Cependant, Christian revient chercher la boîte qu'il a égarée. Par distraction, Rosie appelle Régine "Madame Marianeau". Stupeur de Ginette, Marianeau et Rosie. Cependant le Chiffre croit de ce fait que Régine est la femme de Christian. Tout est sauf. Mais Régine entraîne Marianeau dans le couloir et Le Chiffre les épie : il n'y a pas de doute, pour lui, cette femme est la maîtresse de Marianeau ! Ce dernier ne peut rien dire : mensonge ou vérité, il est coincé. Après lui avoir jeté sa bière au visage, Le Chiffre démet Marianeau de ses fonctions de directeur d'usine et l'engage à quitter l'hôtel immédiatement. En épongeant Marianeau, Rosie fait tomber la boîte cartonnée par terre.

 

Du coup, Marianeau imagine faire coucher Le Chiffre avec Ginette. Il pourrait ainsi les surprendre en flagrant délit et faire pression sur l'Allemand. Ginette refuse. Elle ouvre sa valise, s’aperçoit que ce n’est pas celle que Rosie avait amenée et sort pour la récupérer. Roche saisit cette occasion et entre dans la chambre. Elle se cache dans le placard. Mais Marianeau tombe en arrêt sur la boîte cartonnée, qui se révèle être le "get-up". Il suggère alors à Rosie de faire prendre à Ginette le stimulant à son insu, mais Rosie refuse. Roche s'éclipse, jugeant que son "plan secret" va au succès. Marianeau se retrouve seul. Après avoir avalé plusieurs alcools, il fait venir Le Chiffre. Il l’étourdit en le faisant entrer dans une porte et lui propose de l'homéopathie. En fait, il s'agit du stimulant. Marianeau court alors chercher Ginette. Le Chiffre voit immédiatement sa poitrine gonfler. Gontran, revenant après avoir cherché son livre d'or, entre dans la chambre et le prend pour un travesti. Furieux, il s'en va. Roche réussit à convaincre Montjoie d'entrer dans la chambre. Voyant Le Chiffre, elle est d'abord horrifiée mais succombe rapidement à l'aphrodisiaque contagieux. Roche arrive et, à la surprise générale, prend des photos du couple avant de s'envoler. Marianeau ramène Ginette mais il est trop tard : l'aphrodisiaque n'est plus actif.

 

Accourt alors Christian. Il est revenu car il a une demande à faire à Ginette : veut-elle l'épouser ? Elle répond avec bonheur : oui ! Le Chiffre, écoeuré par cela, lance : "Cette Madame Marianeau est une sacrée putain de bonne femme !" Régine, qui est revenue, prend la phrase pour elle et gifle Le Chiffre. La croyant toujours épouse de Christian, Le Chiffre rend à l'homme la gifle de la femme. Fête Nationale, venue pour récupérer sa valise, reconnaît en Le Chiffre l'homme qui lui a fait 3 enfants avant de s'enfuir sans donner de nouvelles. Gontran revient avec Alfred, qui est armé. Il veut chasser le vice de son hôtel. Confusion et coups de feu. 

 

Acte III

 

L'action revient dans le bureau de Marianeau, le lendemain matin. Régine, nantie des épées qu'elle doit emporter pour son prochain championnat imminent, demande à Rosie où a bien pu passer son mari, en vain. Entre alors Alfred. Il vient voir "Mme Marianeau". Régine accepte de le recevoir, mais Alfred, décontenancé par sa présence, refuse de dire quoi que ce soit. Il finit par sortir, tandis que Régine ne comprend rien à cette visite. Marianeau entre à son tour. Régine lui indique qu'elle a parlé avec Ginette : Marianeau est un chef beaucoup trop dur. Rosie entre à son tour avec les journaux : des photos compromettantes de Le Chiffre et Montjoie circulent dans les médias. Les actions d'Apfelstrudel et Montclair ont plongé, il n'est plus question de fusionner. Rosie apporte alors une lettre pour "Mme Marianeau." C'est une lettre d'Alfred, qui lui déclare sa flamme. Régine n'y comprend toujours rien, tandis que Marianeau est outré.

 

Le Chiffre paraît, boîtant, avec une canne et un pansement au pied : Alfred, à l'hôtel, lui a tiré par erreur dessus. Marianeau se montre très offensif : si Le Chiffre ne le réintègre pas dans sa fonction de directeur, il annoncera à la presse que le fameux rapport ultra-libéral de Lambert va entrer en vigueur. Le Chiffre s'obstine, Marianeau s'exécute. 

 

Entre Christian, désireux de présenter une nouvelle version du "get-up". Mais, voyant Le Chiffre, les deux hommes s'échauffent en souvenir de l'altercation de la veille et veulent en découdre. Le Chiffre reproche à Christian la gifle de "sa femme". C'est alors que Régine déclare être la femme de Marianeau. Ginette révèle également sa véritable identité. Le Chiffre est abasourdi. Marianeau lance à Christian que son amour pour Ginette n'est peut-être pas le meilleur choix : Ginette et lui ont en effet couché ensemble. C'est alors qu'il brandit le slip sur lequel est écrit "À ma Gigi d'amour". Mais Christian reconnaît son slip. En fait, Ginette n'a pas passé la nuit avec Marianeau mais avec Christian. 

 

Que Marianeau ait fait passer Ginette pour sa femme, voilà un affront que Régine n'est pas prête à laisser passer. Le différend se réglera en combat singulier. Le temps pour elle de lui lancer une épée et le duel commence. Il s'achève vite sur les plates excuses de Marianeau. C'est au tour de Le Chiffre de demander des comptes : Marianeau étant karatéka, ils se mesureront dans un combat de karaté. Marianeau termine brisé. 

 

Sur ces entrefaites, paraît Alfred, toujours désireux de parler à "Mme Marianeau". Comme Ginette lui avoue ne pas être celle qu'il croit, Alfred, troublé, avale le verre amené par Christian et contenant du "get-up". Alertés par Christian, tous les présents sortent, à l'exception de Marianeau, qui manque passer à la casserole, mais est sauvé in extremis par l'intervention de son frère, qui apporte de l' "anti-tétonis".

 

Peu à peu, une rumeur envahit la pièce. Les ouvriers de l'usine, furieux à la suite des révélations mensongères de Marianeau concernant le rapport de Lambert, se sont mis en grève. Rosie apprend aux autres que de nombreuses autres usines d'Apfelstrudel sont elles aussi sujettes à des mouvements sociaux. Tous les personnages sont bientôt d'accord : seule Ginette peut arrêter ce raz-de-marée. Ginette prend le mégaphone et sait rassurer ses camarades ouvriers en leur jetant le rapport de Lambert en pâture. 

 

Paraît Fête-Nationale, heureuse de retrouver son mari, Le Chiffre. Roche, nouvelle PDG des Laboratoires Montclair, paraît aussi. Elle explique son geste : si elle a voulu mettre sa patronne dans la difficulté, c'est pour venger un de ses ancêtres, qui avait été décapité par un des ancêtres de Montjoie. Cette dernière paraît en tenue de bonne soeur : elle entre le soir-même au couvent. Le Chiffre, désireux d'échapper une bonne fois pour toute à sa femme, nomme Ginette PDG d'Apfelstrudel en prétextant devoir se consacrer à ses responsabilités de père. 

 

Gontran entre : il est venu présenter ses excuses à Le Chiffre pour les désagréments de la veille avec ses meilleures bouteilles de Champagne. Alfred en profite pour lui demander de le reprendre à l'hôtel. Ginette nomme Rosie directrice de l'usine, et Marianeau au département des "Coups fourrés". Tout le monde trinque joyeusement, du moins en apparence, puisque Monjoie projette d'empoisonner Roche, et que Marianeau veut virer Rosie avant de supprimer définitivement Ginette.